nouvelle_caledonie_ouvea_0

On parle, en ce moment, dans la presse, des comptes bancaires inactifs dont il faut retrouver les bénéficiaires. Ce n'est pas une nouveauté.

En 1888, l'hospice de Romorantin s'inquiète de savoir ce qu'est devenue Lucie Palme, née en 1846, enfant assistée placée sous sa tutelle et dont l'hospice détient le livret de caisse d'épargne.

Mieux vaut tard que jamais !!!

En mars 1869, Lucie a été condamnée aux assises de Blois, à cinq ans de détention pour incendie et infanticide à Soings et placée à vie sous surveillance. Mais où est-elle ?

La direction de la sureté générale n'a aucun dossier à son nom. Il faut donc remonter à la source pour savoir ce qu'elle est devenue, et dans son cas, la source, c'est la prison.

Lucie, après sa condamnation, a été extraite de la prison de Blois, le 26 mai 1869, pour être transférée à Vannes, Morbihan, et de là, envoyée en Nouvelle Calédonie.

Elle a fait son temps et été libérée de la peine de détention, mais pas de la surveillance. Elle est donc restée en Nouvelle-Calédonie, où elle s'est mariée à Bourail, avec un transporté libéré, comme elle, Victor Delbos (condamné en 1861). On ne sait pas exactement où ils vivent, mais l'argent pourra être adressé au gouverneur.............. qui fera suivre.