Blois - séminaire

Le 23 décembre 1845, à trois heures et demie du matin, un ouragan s'abat sur la ville de Blois et plus particulièrement sur le grand séminaire.

Plusieurs cloisons sont ébranlées et quatre d'entre elles tombent en partie, une poutre s'affaisse en formant une crevasse au troisième étage et dans le mur du côté nord et deux carreaux sont cassés à une fenêtre du côté ouest bien qu'elle soit fermée.

Le craquement et le bruit des poutres et des cloisons qui s'effondrent effraye tellement les élèves que l'un d'eux, Papin de la commune de Valières, croyant que la maison va s'effondrer, se jette dehors depuis une fenêtre du troisième étage, tombe sur le toit d'un hangar et de là, dans la cour.

Ce jeune homme a une bonne étoile car, malgré la chute, il se relève indemne. Il s'apprette à retourner tranquillement à sa chambre lorsqu'un professeur parti à son secours le retrouve. Il en est quitte pour des contusions à la hanche et au front.