Alors qu'une vague de froid s'étend sur la France en ces derniers jours de l'année, je vais vous parler d'une vague de froid qui s'est abattue dans le Loir-et-Cher, en 1709.

050212_2

Les récits des curés de Conan et de Saint-Sulpice nous indiquent que les blés gelèrent entièrement et tous les gros noyers et autres arbres fruitiers gelèrent.

Le froid a commencé le jour des rois et a été si rude durant trois semaines, que tous les blés ont gelé et seulement un quart de semences a pu être récupéré. La misère a été si grande depuis Pâques jusqu'à la récolte de l'orge semé ensuite, que la plupart des hommes en sont morts.

Les vignes ont gelé et on a du les abattre jusqu'au pied. Les arbres les plus gros, dont les noyers et les châtaigners sont morts. Seuls les petits arbres ont survécu.

Mais la catastrophe climatique ne s'arrête pas là car en octobre, la Loire déborde de tous côtés, entraînant les levées et se répandant dans les vallées.

Tout ce qui avait été semé a été perdu et en novembre de l'année suivante, une nouvelle crue encore plus grave emporta des maisons entières, les ponts d'Amboise, de Jargeau et Beaugency, tuant de nombreuses personnes et une grande quantité de bestiaux.

Heureusement, la Bretagne ne fut pas trop touchée et l'on fit venir du blé rouillé de là-bas pour pouvoir semer ici.