calendrier-avent-22_12

J'ouvre la fenêtre du 22 décembre sur Jeanne Mélanie Fénique.

Elle est née fille naturelle de Mélanie Elisa Salmain, le 6 décembre 1908, à Noyers, Loir-et-Cher. Sa mère et son père, Désiré Fénique se sont mariés le 12 novembre 1913, à Choussay sans la légitimer. Par contre, ils l'ont reconnue, chacun à leur tour, devant le notaire, les 2 et 11 août 1914. Il suffit de lire la fiche matricule de Désiré pour comprendre que c'est lui qui l'a reconnue le 2 août, car le 3, il arrivait au corps du 113e régiment d'infanterie.

Suivant la loi, c'est Désiré qui a la tutelle légale de sa fille qui est considérée comme enfant naturelle reconnue et non enfant légitime. Mais il décède à Bar-le-duc, le 19 novembre 1914.

La tutelle légale passe à la mère. C'est une enfant naturelle donc, elle dépend du tribunal civil pour le conseil de famille qui nomme, le 17 février 1916, Mr Fénique, gendarme à Bracieux, comme subrogé tuteur.

La guerre de 14-18 voit de tels drames familiaux, entre les mariages rapides, les enfants nés hors mariage, les orphelins, les portés disparus... que de nouvelles lois sont faites pour protéger les survivants, à commencer par les enfants.

La loi du 30 décembre 1915 permet à la mère de demander la légitimation de sa fille et c'est ce qu'elle fait, le 10 juillet 1919.

Pourquoi faire cette demande ? Parce qu'à cette époque, un enfant naturel hérite moins de ses parents qu'un enfant légitime.