Faisons un petit tour dans les déclarations de succession.

DSuccession

Première déclaration de succession à chercher, celle du père d'Edmond, Michel Adam. Il est décédé à Saint Ouen, le 28 décembre 1917.

Sa déclaration de succession est datée du 10 décembre 1918. Ses héritiers sont :

  • Aurélie Ménage, sa femme, épousée à Averdon en 1875 sans contrat de mariage,
  • Henri Adam époux Couasmet, cultivateur à Villeromain, son fils,
  • Gabriel Adam époux Besnard, cultivateur à Poiriers commune de Saint-Ouen, son fils,
  • Marcel Adam époux Péan, cultivateur à Poiriers, commune de Saint-Ouen, son fils,
  • Armand Adam, célibataire, cultivateur à Poiriers, commune de Saint-Ouen, son fils.

Il n'y a eu aucun inventaire ni aucune notoriété.

Dans les reprises et récompenses, on trouve trace d'une succession de madame Girard-Adam, sa tante attribuée par l'acte notarié du 25 août 1891 par maître Coupé et la liquidation Adam-Barrault, également passée devant maître Coupé, le même jour ainsi que la vente d'un immeuble le 6 novembre 1892 chez le même notaire.

La communauté comprend 240 francs de garde-robe et mobilier, 1 h 60 ca de terres à Saint-Ouen de 39 francs de revenus absorbés par les récompenses pour un total de 1215 francs.

La succession contient également une maison avec jardin à Saint-Ouen, au Poirier, d'un revenu de 70 francs et ses droits indivis dans la succession de son fils, Edmond.

Seconde déclaration à rechercher, celle du grand-père d'Edmond, Pierre Adam. Il est présent à Saint-Firmin-des-prés en 1861 mais absent en 1866. Sa femme, elle, vit avec son fils Louis Bourdet. Supposition, Pierre est décédé entre 1861 et 1866..... sauf que non. Il n'apparait pas dans les tables de succession. Retour sur le recensement de 1866 et effectivement, Marie Adam est indiquée "femme mariée". Comme quoi, on a beau faire attention, on peut passer à côté d'une information importante.

Pierre n'habite pas avec sa femme en 1866. Je ne le trouve pas à Saint-Firmin-des-prés mais à Saint-Ouen, aux Poiriers, seul. Je vais donc devoir chercher sa succession sur le canton de Vendôme et non Morée. Intéressant, visiblement les époux vivaient séparés.

Troisième déclaration à chercher, celle de Marie ou Madeleine Adam, la grand-mère d'Edmond. Elle est présente à Saint-Firmin-des-prés en 1882 et plus en 1886. Là, j'ai plus de chance car je trouve effectivement sa déclaration de succession et donc son décès à Saint-Firmin-des-prés, le 8 décembre 1882. Elle est indiquée veuve Bourdet et Adam. Sa succession date elle, du 5 février 1883 et elle est très intéressante. Déjà, on apprend que Pierre Adam, son second mari, s'appelle en réalité Pierre Guillaume Adam et elle s'appelle en réalité Marie Madeleine Adam.

Ses héritiers sont ses quatre fils :

  • Jean Auguste Bourdet, garde-champêtre à la Haye des champs à Saint-Firmin-des-prés
  • Louis Vincent Bourdet, cultivateur au même lieu
  • François Xavier Bourdet, charron à Saint-Germain-en-Laye
  • Michel Adam, cultivateur à Poirier, commune de Saint-Ouen

Elle a fait un testament, passé devant maître Godin, le 11 février 1882 dans lequel elle lègue sa part réservataire à son fils aîné Jean Auguste.

Sa succession comprend 125 francs de mobilier et garde-robe, 2 047.50 francs à la caisse d'épargne postale, 1 005.60 francs en la possession de Jean Auguste, son fils, 15.15 francs provenant de son fils cadet, 7.50 francs d'intérêts d'argent non placé, et 610.79 francs d'une créance dûe par son fils Michel Adam pour prix d'une adjudication.

Je sens que ma prochaine démarche, hormis la succession du grand-père, sera d'aller me plonger dans les actes notariés.