homme avec attache-case

Chronique d'antan a clairement et simplement posé la question : A quoi sert un généalogiste professionnel ? 

Recourir à un professionnel, pourquoi pas ... mais pourquoi faire

Pour moi, comme pour la majorité des généalogistes, la généalogie est un loisir, juste un loisir, au même titre que le jardinage, le cinéma, la pratique d'un sport ou le tricot. Pour d'autres, c'est une profession, choisie par passion, mais dont la pratique doit aussi leur permettre de nourrir leur famille.

http://www.chroniquesdantan.com

Seulement son raisonnement est en partie erroné. Probablement parce que le métier en lui-même lui est méconnu.

Mais commençons par le commencement. Comment devient-on généalogiste professionnel. A quelques exceptions près, un généalogiste professionnel est d'abord un généalogiste amateur. Il a "fait" sa généalogie et il a tellement aimé cela qu'il s'est mis aussi à faire celle des autres : celle des membres rapportés de sa famille pour commencer (belle-soeur et beau-frère, gendre et brue), celle d'amis proches puis celle de connaissances. Le bouche à oreille fonctionne très bien tant que c'est gratuit.

Un jour, il réalise que cela l'occupe à temps plein et qu'il y a des personnes qui veulent leur généalogie sans avoir à "faire" leur généalogie. Peut-être même que certains cités plus haut lui ont offert au moins les remboursements de frais, parfois même plus, conscients du travail demandé.

Effectivement, il y a beaucoup de personnes, non amateurs, qui souhaitent connaître leurs origines. Et comme la profession n'est pas réglementée, il n'en faut pas plus pour se lancer...................... sauf que le métier de généalogiste est bien plus complexe.

La recherche simple en généalogie (remplir les cases de noms et de dates) ne fait quasiment plus partie de notre activité.

Etre généalogiste aujourd'hui, familiale bien sur, c'est répondre à des questions précises.

Et une bonne partie de ces questions porte sur le foncier : l'origine de propriété, pendant foncier de la généalogie, ne manque pas de potentiel mais les questions de droit sont bien plus actuelles : droits de passage, chemins mitoyens, droit d'usage font partie de la panoplie des jugements qui encombrent les tribunaux et ni les avocats ni les notaires ni les propriétaires ne savent où chercher les preuves dont ils ont besoin.

La psychogénéalogie est également un moteur de plus en plus important de la profession. Nous ne sommes pas psychologues mais nous savons où chercher pour trouver les secrets de famille. Et sans l'aspect psy, certains clients veulent tout simplement savoir si les histoires racontées ou les documents trouvés après le décès d'un proche sont vrais et quels sont leurs origines.

Nous avons également comme client des historiens pour lesquels nous jouons le rôle de sapeurs......... nous déblayons la montagne de documents pour trouver celui qu'ils veulent mais qu'ils n'ont pas le temps de chercher.

Nous travaillons aussi pour la science, dans le cas de la recherche sur des maladies héréditaires pour reconstituer les familles : trouver le cas 0 et rechercher ses descendants.

Plus généralement, nous servons de passerelle aux généalogistes amateurs pour qu'ils puissent traverser les lacunes de leurs archives, débloquer des recherches, leur donner de nouvelles pistes. Nous leur complétons leur généalogie en leur offrant l'accès à des sources ignorées d'eux.

Les sujets ne manquent pas................ on m'a même demandé un jour de reconstituer l'historique.............. d'une voiture.

Tout est possible en généalogie.

N'oublions pas tous ceux qui, trop âgés, malades ou occupés, ne peuvent se déplacer pour faire leurs recherches.

Pourquoi devraient-ils être privés de leur histoire ?

Ces clients là sont bien souvent acteurs de la recherche. Ils nous orientent au fur et à mesure de nos découvertes. "pourriez-vous plutôt travailler sur la branche Gontier le prochaine fois ? J'ai vu que le père était garde-champêtre, il y a des choses à chercher peut-être ?" ou "Vous m'avez dit que l'arrière-grand-oncle Jules était mort en Algérie pendant son service militaire, c'était une bataille ? laquelle ? qui a participé ?"................... ils attendent avec impatience les réponses pour pouvoir poser d'autres questions. Ils participent activement à la recherche de leur histoire.

Mais pour pouvoir répondre à toutes ces questions, il faut en avoir les connaissances et malheureusement, bien des généalogistes amateurs nouvellement installés comme pro se rendent comptent qu'il leur manque ces connaissances. Sans compter ceux qui veulent exercer sans se déplacer, en travaillent uniquement par internet. Désolée mais cela, ce n'est pas du boulot de pro.

J'arrête, ceci est un autre débat.

En tous cas, je suis contente que chronique d'antan ait abordé le sujet.