stickers-ancre-marine

Drôle de titre me direz-vous et quel rapport existe entre un pied de vigne, un paquet de clef et un aigle ?

J'en ai une autre : Un militaire, le buste d'une femme, un pot de fleur, une pelle, le buste d'un militaire, une femme, deux enfants faisant la boxe, une pioche et une rose.

Encore une ? deux lapins, un palmier, BL et une ancre de marine.

Et une petite dernière pour la route : trois bustes (une reine et deux chevaliers), un pot de fleur, deux sabres en croix, vengeance ou la mort, un coeur percé de deux épées, un marin tenant deux drapeaux, un buste de jeune garçon et un buste de femme.

Le rapport de la première liste s'appelle Jean Collet, fils de Guillaume Collet et Marie Paris, serrurier originaire de Marcy, dans la Nièvre.

Le rapport de la deuxième liste s'appelle Narcisse Jules Rabot, fils d'Ernest Rabot et Jeanne Potvin, carrier originaire des Hermittes, en Indre et Loire.

Le troisième s'appelle Léonidas Blanchard fils de Jean Marie Blanchard et Augustine Marie Julienne Gorel, bourrelier natif de Malestroit, dans le Morbihan.

Le quatrième s'appelle Jean Bienaimé Langlois, fils de Guillaume Langlois et Marie Lecanne, journalier natif d'Equeurdreville dans la Manche.

Alors, vous avez deviné ?

Il s'agit de leurs tatouages, décrits sur les registres d'écrou de la maison d'arrêt de Vendôme lorsqu'ils ont été incarcérés en 1880.

Finissons en beauté avec Raymond Boyer, fils de Jean Boyer et Marthe Seur, marin natif de Bocquer dans le Gard (probablement Beaucaire). Il est tatoué d'un bracelet à chaque poignet et d'une ancre sur la main droite, de trois femmes, d'un chevalier et d'un buste sur le bras droit, deux hommes et trois femmes sur le bras gauche, sur le dos, cinq personnages hommes et femmes, cinq personnages sur le ventre et la poitrine avec la croix d'honneur sur le sein gauche.

Évidemment, il faut qu'il ait fait de la prison, mais c'est plutôt sympa de découvrir que l'arrière-grand-père avait des tatouages, et lesquels !!!!