Material_in_the_New_Orleans_city_archives

Un petit coup de gueule contre les archivistes (du passé bien sur !!) qui nous donnent une furieuse envie de remonter le temps pour leur dire tout le bien que l'on pense de leurs désherbages !!!

Car ces désherbages constituent le poil à gratter du généalogiste et ça gratte beaucoup !!!

Commençons pas le tri sélectif. Qu'est-ce que le tri sélectif en mode archives ?

Tout simplement la destruction d'un type de documents sauf ceux qui concernent la lettre "X".

Pourquoi ? pourquoi cette lettre là et pas une autre ? Une qui m'aurait intéressé bien sur, celle que je cherche sans espoir, l'inventaire me hurlant aux yeux que seules les lettres "B" et "T" ont été conservées.

Donc exit dans ce dépôt d'archives pour les dossiers des pupilles de la nation si leur nom ne commence ni par un "B" ni par un "T".

Idem pour la justice où juste un échantillonnage des procès a été conservé. C'est une idée cela !!! je vais proposer des échantillons de généalogie à mes clients !!!

N'oublions pas ce triste sir qui a détruit les jugements déclaratifs de décès de la première guerre mondiale......... C'est vrai cela !!! à quoi cela peut-il servir ? Ou à qui ?

Ou cette directive autorisant la destruction des recensements nominatifs !!!

Chaque période à ses sinistres et ses sinistrés que l'on pleure la génération suivante.

Comme si les guerres successives n'avaient pas fait assez de dégâts, les archivistes ont rajouté leurs exactions.

J'entends déjà les archivistes drajourd'hui répliquer : C'étaient les consignes de l'époque, les archives sont trop petites et n'ont plus de place. Vrai, exacte sauf que l'on continue encore aujourd'hui à détruire au prétexte que l'on n'en voit pas l'intérêt......... intérêt qui naîtra peut-être dans quarante ans....... quarante ans trop tard.

Mais bon, admettons................... sauf que lorsque j'ouvre certaines liasses de document et qu'à l'intérieur, j'y trouve le même formulaire, vierge, en plusieurs exemplaires, je me dis que là, le désherbage aurait été utile et on aurait pu ainsi gagner de la place pour autre chose.

 

Autre poil à gratter, le non classé. Pas classé donc pas communicable !!!!! Je sais qu'en série B je vais trouver de super-documents familiaux sauf que............... la série n'est pas classée donc vous ne pouvez pas y accéder. C'est lapidaire et définitif.

Quand la série sera-t-elle classée ? alors là !!! pas demain la veille. Pas de budget donc pas de personnel pour s'y coller donc...... pas d'accès aux documents.

Parfois, on se propose de chercher pour nous dans ces documents espérés et la personne ne trouve rien. Sauf que il n'y a pas pire Saint Thomas qu'un généalogiste (pro ou pas d'ailleurs). A-t-elle cherché correctement, au bon endroit, comme nous l'aurions fait ? Le doute et la frustration s'installent !!!

Et le poil à gratter pendant du précédant : le non communicable. L'horrible pastille rouge collée sur la boîte qui devient aussi inaccessible que le saint graal et ce pour une période encore plus longue que la précédente. Sauf que le document non communicable pour cause de moisissures, humidité, acidité ou autre, coincé dans son rayonnage, continue à se dégrader sans espoir de restauration : trop cher, pas de budget.

Et l'on découvre parfois, grâce à un archiviste compatissant qui va vérifier l'état dudit document qu'en fait, le document est en parfaitement en état, juste la tranche un peu cassée !!! Ah le zèle de certains archivistes !!!! heureusement compensé par les archivistes rebelles qui ont refusé d'appliquer certaines directives et nous permettent aujourd'hui de consulter les recensements et autres documents condamnés par les administrations précédentes.

Maintenant que j'ai bien "tapé" sr les archivistes, si l'on s'intérressait aux maires et secrétaires de mairie.

Combien d'entre vous ont été témoins ou ont appris de leurs parents que le maire de telle petite commune, lors d'un nettoyage de printemps, a fait un beau feu dans la cour de l'école communale, alimenté par les cahiers, photos, dossiers d'élèves avec en prime quelques dossiers de mairie.

Attention, ils ne touchent pas aux interdits (enfin normalement) : l'état civil, le cadastre, les délibarations municipales. Par contre, le reste !!!! que des vieux papiers  inutiles à leurs yeux.

Aïe !! j'ai mal rien que d'y penser !!!

Souffrons encore un peu avec tous ces collectionneurs de timbres d'époque qui ont mutilé et mutilent encore les actes anciens juste pour récupérer le timbre du bailliage.

Voir pire !!!

Un bouquiniste a qui je rachetais des documents anciens m'a raconté qu'une de ses clientes lui prenait tous les vieux parchemins (XVe, XVIe, XVIIe siècles voir plus anciens encore)................ pour en faire des abat-jours............... Là, mon coeur saigne.

En écrivant ces lignes, je me rend compte que nous sommes entourés de vandales. Vandales autorisés par directives ou vandales privés.

Leur point commun ? La destruction définitive de notre mémoire.

Alors, quand les généalogistes contribuent eux-même à ces destructions, en volant ou mutilant des documents au prétexte qu'il s'agit de leur famille, je me sens très fatiguée.

Ce combat, on ne peut le mener seul. Il faut une armée de vaillants combattants munis des armes de leur temps, la pétition et la carte d'électeur et l'appareil photo.

La pétition pour faire plier les directives, la carte d'électeur pour implorer des budgets et l'appareil photo pour tenter d'enrayer le désastre.

Mais en attendant............. qu'est-ce que ça gratte !!!!

PS : Ce coup de gueule ne concerne évidemment pas tous les super-archivistes qui se battent tous les jours comme ils peuvent avec des budgets limités et une place qui se réduit comme peau de chagrin pour que notre patrimoine soit préservé et accessible aux généalogistes et chercheurs. Ces rebelles de la directive assassine ont tout mon respect, infini et indéfectible et j'espère qu'ils seront nombreux à se reconnaître. Car dans cette armée de vaillants combattants, ils sont en première ligne.