Sujet chaud du moment, l'indexation collaborative.

Je n'épiloguerai pas sur les "pour" et les "contre" mais sur la méthode.

A quoi doit servir l'indexation ?

produits-d-investissement

A retrouver rapidement et facilement le renseignement recherché. Enfin, c'est ce que j'imagine et ce qui semble logique.

Ainsi, sur un site d'archives, si je veux le feuillet matricule d'Auguste Tubercule, je n'ai plus qu'à taper son nom et hop......... le feuillet s'affiche. Magique non ? Surtout pour ceux qui avant feuilletaient les registres page après page (quand il n'y avait pas de table alphabétique bien sur !!).

Mais voilà, comment doit-on indexer ? Et là, le débat commence. Pour certain, il faut scrupuleusement recopier ce que l'on voit même si c'est faux.

Quel intérêt ?

Si Auguste Tubercule a été écrit Buberclue et qu'il est indexé comme écrit donc Buberclue, qui va le trouver ? A quoi aura servi son indexation ?

Par contre, vérifier en indexant permet non seulement de créer une vraie base de données consultable mais surtout de détecter des erreurs et de se rendre compte que, dans le temps, ils faisaient aussi des erreurs. Et même parfois de très grosses erreurs.

Déjà que les indexeurs font aussi des erreurs !!! qui n'a pas râlé devant l'indexation annuelle des registres paroissiaux !!! lorsque l'indexeur, au lieu de marquer le début de l'année, marque le milieu ou n'arrivant pas à lire correctement l'année en écrit une fausse.

Donc, on est bien d'accord, un indexeur ne doit indexer que s'il arrive à lire............ évident non ? Pas pour tout le monde.

Et surtout il doit vérifier............... le cas de l'indexation de mémoire des hommes est le meilleure exemple qui me vienne à l'esprit.

Comparer la fiche MDH avec le feuillet matricule permet de détecter bien des erreurs........... Mais où est l'erreur ? Sur MDH ou sur le feuillet matricule ? Et bien on vérifie avec l'acte de naissance s'il s'agit d'un problème de date ou de nom ou de prénom et on vérifie avec le journal de marche du régiment si c'est un problème de régiment, de date de décès ou de lieu de décès.

Dernièrement, le cas d'Henri Chibran m'a occupé quelques minutes. Mort à la Neuville dans l'Aisne, je regarde et......... il y a plusieurs La Neuville dans l'Aisne. Lequel est-ce ? Hop, petit tour dans le journal de marche de son régiment et là....... le jour de sa mort, son régiment s'est bien battu à La Neuville, mais au village de La Neuville sur la commune de Cormicy dans la Marne. Bon, c'était à la frontière avec l'Aisne, mais officiellement, il est mort à la Neuville, Cormicy, Marne.

Évidemment, ainsi fait, c'est plus long, mais au moins c'est fiable.

Nos ancêtres méritent au moins cela non ?