Je me penche sur le programme télé et, à part les cérémonies retransmises, rien sur 14/18. Pas de film, pas de reportage, rien............... et pourtant, ce ne sont pas les films qui manquent ni les reportages, sur ces années terribles !!!!

Alors je veux leur rendre un hommage à ma manière............ avec un petit, très petit florilège des citations données à ceux qui y sont allés et dont certains n'en sont pas revenus.

Isidore Alleron : Cité à l'ordre du régiment n°422 du 1er juin 1917 : "caporal d'une remarquable bravoure et d'une grande énergie s'est encore distingué au combat du 16 avril 1917 en restant toute la journée isolé avec une poignée d'hommes au contact de l'ennemi en avant de nos lignes s'est offert ensuite comme volontaire pour aller chercher le corps de son capitaine dans les réseaux de fils de fer allemands et a réussi à le ramener - croix de guerre - étoile de bronze - médaille militaire à titre posthume : Mort pour la France le 15 mai 1918 suite à la chute de son avion

 

Abel Amelot : cité à l'ordre du régiment n°206 du 13 janvier 1917 "excellent conducteur dévoué et courageux, à fait preuve depuis de longs mois et particulièrement pendant les opérations de décembre 1916 du plus grand sang froid et de courage en ravitaillant sa batterie sur une position exposée et au cours de bombardements - croix de guerre - étoile de bronze

 

Eugène Amiset : Blessé le 12 mars 1916 à Voussar (plaie pénétrante genou droit) cité à l'ordre de l'armée n°309 du 28 juillet 1916 "soldat très brave et très énergique a été blessé très grièvement en exécutant des travaux de 1ere ligne dans une tranchée violemment bombardée, amputé de la cuisse droite, mort des suites de ses blessures le 12 mars 1916 - Médaille militaire

 

Jules Auger : cité à l'ordre du bataillon n°79 du 30 avril 1917 "très belle conduite au feu dans les journées du 16 au 19 avril 1917 - a fait parti d'une patrouille lancée à la poursuite de l'ennemi et s'est fait remarquer par son mépris le plus absolu du danger" - croix de guerre - étoile de bronze

 

Ernest Beulay : cité à l'ordre de la brigade n°104 en date du 14 septembre 1916 "soldat téléphoniste doué d'un grand sang froid et d'un bon courage. Employé comme coureur pendant les journées du 6 au 10 septembre 1916 a de multiples reprises soit de jour ou de nuit et par un violent bombardement porté des plis urgents du PC de la brigade au PC du régiment - cité à l'ordre de la brigade n°13 en date du 27 octobre 1918 "du 4 au 8 octobre a fait preuve du plus grand courage en ne cessant de réparer les lignes téléphoniques sous les bombardements les plus violents, assurant ainsi une liaison constante du bataillon au régiment - croix de guerre - étoile de bronze

 

Octave Cabour : Citation à l'ordre du régiment 558 le 26 août 1917 tireur d'élite d'un calme et d'une bravoure exemplaires - a affirmé ses qualités dans un secteur particulièrement difficile sous de violents bombardements les 18 et 21juillet 1917 - citation à l'ordre du 39 régiment d'infanterie 696 du 21 juin 1918 - caporal mitrailleur plein d'allant au cours de l'attaque du 11 juin 1918 a brillamment entrainé sa pièce, a servi avec courage et intelligence en progression avec les vagues d'assaut. Citation à l'ordre du 35 CA 442 du 31 août 1918 pendant les combats du 9 au 18 août 1918 a conduit sa pièce avec un allant merveilleux et mis en batterie sous le feu de l'ennemi prenant à parti ses mitrailleuses et les réduisant au silence - en particulier le 16 août s'est porté résolument en avant d'un soldat allemand qu'il a fait prisonnier le 13, les mitrailleuses faisant rage a parcouru la plaine à la recherche de son tireur - blessures gelures des pieds le 9 janvier 1915 au ravin des murissons secteur de l'Argonne - intoxiqué par les gaz le 28 juin 1916 au fort de Douaumont - croix de guerre - deux étoiles de bronze - une étoile vermeil - médaille militaire à compter du 16 juin 1920

 

Firmin Fauchet : citation à l'ordre de la DI 516 du 22 août 1918 "chasseur très méritant et d'une gaîté réconfortante pour ses camarades - s'est fait remarquer dans toutes les attaques auxquelles il a pris part par son endurance et son esprit de sacrifice le 8 août 1918 s'est porté vaillamment à l'attaque et a été un exemple d'entrain et de sang frand sous les tirs d'artillerie et de mitrailleuses - cité à l'ordre du 9e corps d'armée 398 du 7 novembre 1918 "chasseur très brave très courageux, s'est brillamment comporté pendant l'attaque du 1er novembre 1918 attaqué à la grenade, s'est défendu avec une rare énergie seul dans un trou d'obus - croix de guerre - une étoile d'argent - une étoile de vermeil

 

Bernard Joffre : citation à l'ordre du régiment n°64 "dans la nuit du 26 au 27 avril, a pris part à une opération délicate. A fait preuve de courage en attaquant à la grenade un ennemi qui ne voulait pas se rendre, lui occasionnant des pertes sensibles - citation à l'ordre de la brigade n°82 : "grenadier audacieux et d'un remarquable sang-froid. Par son exemple et avec une réelle autorité sur ses camarades, a pris part à toutes les reconnaissances d'octobre 1917 au chemin des dames et le 23 s'est lancé en avant en témoignant d'une bravoure entrainante. Grièvement intoxiqué au cours de l'action" - croix de guerre avec étoile de bronze - médaille militaire - croix de guerre palme - évacué le 10 mars 1918 et décédé dans ses foyers le 14 novembre 1918

 

Frédéric d'Orléans : citation à l'ordre n°413 du 12 CA le 6 décembre 1918 "excellent pilote, a fait preuve d'exceptionnelles qualités d'audace et de sang froid dans l'exécution des missions qui lui ont été confiées. A effectué pendant la bataille de Piave (8 novembre 1918) de nombreuses reconnaissances à basse altitude sous le feu intense de l'ennemi. S'est particulièrement dans l'exécution d'une liaison d'infanterie