Ils ont marqué l'imaginaire et la mémoire aussi.

Il y eut les grognards de napoléon.......................il y eut la Crimée..............il y eut les mobiles.................................il y eut les poilus.

En ce 11 novembre, nous honorons la mémoire des derniers........................ mais jamais nous n'honorons la mémoire des autres :?

Alors aujourd'hui, je vais penser aussi à eux.

Etienne Couffrant avait 32 ans lorsqu'il mourut à Danzig, le 20 avril 1809. Voltigeur au 105e régiment d'infanterie de Ligneil, il est décédé de la vérole et son décès ne fut signalé dans sa mairie d'origine que le 30 décembre 1811




André Belton est grenadier au 19e régiment d'infanterie lorsqu'il meurt étouffé par des terres déplacées par suite de l'explosion d'une mine russe à la tranchée devant Sébastopol le 25 avril 1855


Le huit décembre 1870, à Mulsans, un jeune homme se disant malade est entré à la ferme de la Fordiere portant l'uniforme de garde mobile, il demande à passer la nuit ne pouvant plus rester dans la voiture d'ambulance qui le conduisait à Blois.

Le lendemain matin il a été trouvé mort dans son lit. On a constaté qu'il avait été blessé par une balle restée encore à l'intérieur du corps.

Son acte de décès porte la mention : Inconnu


Isidore Albert Alleron est décédé le 15 mai 1918 après la chute de son avion. Il bénéficie de la mention spéciale "Mort pour la France". Mais avant cette fin tragique, il aura traversé toute la guerre, incorporé le 4 septembre 1914, à 20 ans

Image

Voilà, quatre morts parmi des millions : alors ne les oublions pas  8)